La pudeur

Aller en bas

La pudeur

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:09

Le Prophète (salallahu 3alayhi wasalam) dit : « La pudeur fait partie de la foi. ».

La pudeur est avant tout un acte du cœur qui rayonne ensuite sur l’ensemble de la vie du musulman et ce n’est pas seulement porter un jilbab comme beaucoup le croient car le jilbab ou le sitar (Qu’Allah accorde la meilleure des récompenses pour leur obéissance sur ce point aux sœurs qui le portent) est seulement le 1er pas extérieur sur le chemin de la pudeur.

Apprendre la pudeur demande du temps et des efforts sur soi même, surtout lorsqu’on a vécu la plus grande partie de sa vie dans une société qui a levé une à une toutes les barrières de la pudeur, au point de la voir souvent comme une tare ou quelque chose d’étrange et d’étranger.

Que signifie la pudeur pour vous ? Quels en sont les attributs ? Quelles en sont les conséquences sur notre vie quotidienne et notre comportement ?
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison est-elle une prison?

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:17

Shaykh Ibn ‘Úthaymine rahimahullahi :

Question : Pourriez-vous conseiller les femmes qui considèrent que la maison est une prison ?

Réponse : Oui. Ce que nous disons aux femmes est que Celui qui a fait de la maison une prison, si on peut utiliser cette expression, est Allah le Tout Puissant. Allah dit : « Et restez dans vos foyers. » Et dans le hadith rapporté du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) à propos des femmes : « Et leurs maisons sont meilleures pour elles. » Et la femme est libre chez elle, elle se rend dans toutes les pièces de la maison et travaille en accomplissant les tâches ménagères, mais aussi pour elle-même.

En quoi cela est-il une prison ? Oui, c’est une prison pour celle qui veut s’émanciper et être comme un homme. Et il est connu qu’Allah a accordé des spécificités aux hommes et des spécificités aux femmes, et Il a différencié les hommes et les femmes dans leur création, comportement, raisonnement et religion, en fonction de ce qu’implique la sagesse d’Allah. La femme qui dit que rester chez elle est une prison, nous lui disons qu’elle est en opposition avec la Parole d’Allah : « Et restez dans vos foyers. »

Comment pouvons-nous faire de l’ordre d’Allah une prison ? Mais comme nous l’avons dit, c’est une prison pour celle qui cherche à s’émanciper et à rejoindre les hommes. Sinon (pour les autres), rester à la maison est bonheur, pudeur, décence, éloignement des tentations, et du fait de voir les hommes, car lorsque la femme sort elle voit les hommes (et dit) : « c’est un beau jeune garçon…c’est un bel homme… il porte de beau vêtements… » et d’autres choses encore. Elle est tentée par les hommes de la même manière que les hommes sont tentés par les femmes.

Les femmes doivent craindre Allah et revenir à ce que leur Seigneur et Créateur, ainsi que le messager du Seigneur de l’univers leur ont dit à elles, et à d’autres qu’elles. Qu’elles sachent qu’elles rencontreront Allah et qu’Il leur demandera : « Qu’avez-vous répondu aux messagers ? » Et elles ne savent pas quand elles rencontreront Allah. La femme peut se lever au matin chez elle et être enterrée au soir, ou inversement.

Que ces femmes craignent Allah ! Qu’elles délaissent les propagandes occidentales corruptrices, car lorsque les occidentaux ont mangé la chair de la perversion, ils nous ont donné les nerfs et les os (de la charogne de la perversion) que nous engloutissons après que les occidentaux l’aient dépouillée de tout profit.

Et aujourd’hui, ils espèreraient que leurs femmes soient comme la femme musulmane, chez elle, pudique et éloignée des lieux de tentations, mais comment le pourraient-ils ? Qu’avons-nous, alors que nous sommes musulmans, nous avons notre religion, notre existence, notre comportement, à courir derrière eux et à les suivre dans la perversion ?

Gloire et pureté à Allah ! Il n’y a de force et de puissance qu’en Allah !
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le travail des femmes

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:20

Shayh 3Uthaymine rahimahullahi

Question : Est-il licite que la femme sorte travailler ? Car j’ai dû sortir travailler après certaines difficultés, mais je me pose beaucoup de questions sur moi-même en me demandant si mon Seigneur est satisfait de moi ou non ? Répondez-moi et conseillez-moi, qu’Allah vous récompense (par un bien) ?

Réponse : La louange est à Allah Seigneur de l’univers et que les éloges et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, l’imam des pieux, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent dans le bienfaisance jusqu’au Jour de la Rétribution. Il n’y a aucun mal à ce que la femme sorte de chez elle, si c’est par nécessité.

Surtout si elle sort pour combler le besoin d’autres, comme celle qui sort pour enseigner aux jeunes filles musulmanes, elle sera récompensée pour être sortie de chez elle, car elle est sortie pour combler leur besoin et réaliser un bienfait pour elles. Mais lorsqu’elle sort, elle ne doit pas exposer une partie de son corps devant être caché, elle ne doit pas s’embellir ou se parfumer. Elle doit également porter le hijab légal qui consiste à recouvrir (l’ensemble du corps, dont) le visage et tout ce qui peut amener à la tentation.

Elle ne doit pas se mélanger aux hommes, car la mixité est une cause de tentation, et c’est pourquoi le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Le meilleur rang pour les hommes est le premier et le pire est le dernier ; et le meilleur rang pour les femmes est le dernier et le pire est le premier. » Le meilleur rang pour les femmes est le dernier car il est le plus éloigné des hommes. Ainsi, le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) nous montre que plus la femme est éloignée des hommes, meilleur cela est pour elle.

Ô toi la femme, si tu dois sortir de chez toi, sors pour enseigner à l’école ou pour d’autres fonctions, mais sans mixité, dévoilement d’une partie du corps devant être cachée, et sans te parfumer.
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La mixité et le travail

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:23

6/ LA MIXITE :

Shaykh Abdul-Aziz Ibn Baz rahimahullahi

L'appel ouvert, ou du moins sa suggestion, aux femmes d’aller travailler dans les même lieux que les hommes, aboutissant au mélange des deux sexes, en prétextant la nécessité de cette époque et de la civilisation, sont certes une question très dangereuse. Il possède des branches dangereuses, des fruits amers et des conséquences désastreuses. Et cet appel est fait malgré son opposition aux conditions de Shari'a, qui exige que la femme reste à la maison afin d'accomplir les devoirs qui lui sont particuliers.

Quiconque veut voir les dégâts causés par le mélange des sexes, qu’il considère avec justice et impartialité, recherchant uniquement la vérité, ces sociétés qui ont succombé, par choix ou par force, à ce malheur et il trouvera griefs et regrets tant des gens que de la société, à cause du sentiment de la femme d’être loin de sa maison et comme conséquence l'éclatement de la famille.

Ceci est mentionné, non seulement par beaucoup d'auteurs, mais partout dans les médias, seulement parce que c'est la destruction de la société et de ses fondations.

Il y a beaucoup de preuves authentiques qui interdisent l’isolement d’un homme et d’une Ajnabiya (littéralement une femme étrangère, cela inclue toutes les femmes que l'homme peut épouser), son regard sur elle et tout ce qui met sur la voie de ce qu'Allah le Très-Haut a interdit. Ils sont sans équivoque sur l'interdiction de la mixité des hommes et des femmes, parce que cela mène à ce qui n'est pas recommandable.

L’éloignement de la femme de sa maison, qui est son domaine et sa base dans cette vie, est son éloignement de la nature dont Allah l’a dotée.

Donc, l'appel aux femmes à se rendre en un endroit rempli d'hommes est un fait important, de grand danger pour la société islamique. La mixité est une des causes principales de la fornication, qui fragmente la société, abaisse sa valeur et mine sa moralité.

Il est clair qu'Allah, le Béni, le Glorifié, créa pour les femmes un physique particulier, qui diffère complètement du physique de l'homme. Avec cela, Il l'a préparé à s'acquitter de ses devoirs dans sa maison et parmi les femmes. Et en raison de cela, plonger les femmes parmi les hommes doit être considéré comme un rejet de sa nature. C'est une grande injustice envers la femme et c'est l'extinction de sa personnalité. L’effet (provoqué par cela) est transmis aux hommes et femmes de la génération suivante.

Ils sont privés d'éducation, de tendresse et d'affection, parce que la mère a été écartée de ses responsabilités par ces affaires et complètement séparée de son domaine, ce qui l'empêche de trouver la paix, la stabilité et la tranquillité. Les conditions dans lesquelles sont ces sociétés qui y sont empêtrés, est la preuve la plus forte pour ce que nous disons. L'islam a conçu tant pour le mari que pour la femme des devoirs particuliers et il est obligatoire pour chacun d'entre eux de les accomplir afin que la construction de la société, à l'intérieur et à l'extérieur de la maison, puisse être achevée.

L'homme est responsable de la dépense et du gain tandis que la femme est responsable dans le fait d'apporter aux enfants la tendresse et l'affection, allaiter le bébé, le sevrer et tous les autres devoirs qui lui sont appropriés, comme l'enseignement au jeune et la gestion de leurs études, leurs soins médicaux et ainsi de suite.

Pour la femme, le fait d'abandonner ses devoirs est semblable à la ruine de la maison et de ses occupants et donc, par conséquence, l’éclatement de la famille, au point que la société ne devient qu’une forme, une image sans réalité ni signification.

Allah le Sublime, le Glorifié dit:

"Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens(...)" (verset 34 sourate 4)

Ce noble verset signale qu'Allah a créé comme coutume le fait que l'homme a la tutelle sur les femmes et est un degré au-dessus d'elles.

La signification du fait qu'Allah ordonne à la femme de s'établir dans sa maison, et l'interdiction pour elle d'être mutabarija (c'est à dire une femme qui expose la beauté qu'elle doit obligatoirement voiler et qui excite les désirs des hommes), est la prohibition de Al-Ikhtilat, qui est la mixité dans les lieux de travail, d'achat et de vente, de repas ou dans le voyage et ainsi de suite. Ceci parce que plonger une femme dans ces endroits l’amène à tomber dans ce qui est interdit et c'est une violation de l’ordre d'Allah et une négligence de Sa Loi, à laquelle la femme musulmane doit se soumettre.

Le Qu'ran et la tradition du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) montrent tous deux que le mélange des sexes et tout ce qui pourrait y mener, n'est pas permis.

Allah, le Sublime, le Glorifié dit:

"Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l'Islam (Jahiliyah). Accomplissez la Salat, acquittez la Zakat et obéissez à Allah et à Son messager. Allah ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ô gens de la maison [du prophète], et vous purifier pleinement."(sourate 33 verset 33)

Ainsi Allah a commandé aux Mères des croyants - et toutes les femmes musulmanes sont incluses dans cette injonction, de s'établir dans leurs maisons parce qu'il y a en cela leur protection et leur éloignement des causes d'immoralité. Une femme quittant sa maison sans nécessité pourrait mener à At-Tabarruj et d'autres maux. On leur commande aussi d’accomplir des actes pieux, comme la perfection dans la Prière, l’acquittement de la Zakat et l'obéissance à Allah et à Son messager (salallahu ' alayhi wa sallam), qui la protègent de commettre des actions viles et répréhensibles.

Elles sont alors dirigées vers ce qui leur profitera dans ce monde et l'autre, qui est d’être en contact continuel avec le Qur'an et les traditions prophétiques, qui tous deux éloignent les impuretés venant du cœur et le purifie de l'iniquité, guide à la Vérité et à ce qui est correct. Allah, le Glorifié, dit:

"Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles(c'est à dire qu'elles sont complètement cachées excepté les yeux ou l'un des yeux pour voir la route) : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux."(sourate 33 verset 59).

Donc Allah a ordonné à Son prophète (salallahu ' alayhi wa sallam), le transmetteur du message de son Seigneur, de dire à ses femmes et à ses filles et à toutes les femmes des croyants de se couvrir avec leur Jalabib si elles doivent sortir pour un besoin particulier, afin qu'elles ne subissent pas le mal des gens aux cœurs corrompus. Ainsi, si cette affaire est d'une telle importance, alors imagine son entrée dans les lieux des hommes, se mélangeant avec eux, leur exposant leur besoin par l'emploi et en conséquence, abandonnant beaucoup de sa féminité et perdant sa modestie. Tout cela, pour réaliser une égalité des deux sexes qui sont différents tant dans la signification que dans la forme.

Allah, le Glorifié, dit :

"Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur khimar sur leurs Juyub (c'est à dire leur corps, leur visage, leur cou et leur poitrine)(...)"(sourate 24)

Allah a commandé à Son prophète (salallahu 'alayhi wa sallam), d'informer les croyants de baisser leur regard et de se garder de commettre l'adultère et la fornication, et ensuite Il a précisé que c'était ce qu'il leur convenait. Il est clair que garder le contrôle de soi contre l'adultère et la fornication se réalise en évitant ses causes et il n'y a aucun doute que ne pas baisser le regard et le mélange d'hommes et de femmes au travail et ailleurs sont parmi ses causes principales.
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La mixité et le travail (suite)

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:23

Ces deux choses, baisser les yeux et se prémunir contre l'immoralité qui est exigée du croyant, sont impossibles à réaliser tandis qu'il travaille avec Al-Mar Al- Ajnabiya (de nouveau : littéralement une femme étrangère. Cela inclue toutes ces femmes que l'on permet à un homme d’épouser selon la Loi Islamique), comme sa collègue ou associée.

Donc Allah a ordonné aux femmes croyantes de baisser leur regard et d'être chaste et de ne pas montrer leurs ornements, sauf ceux qui sont ouvertement apparents, Il a aussi commandé qu'elles laissent leur voile tomber sur leurs poitrines, ce qui comprend la couverture de la tête et du visage.

Ainsi comment le fait de baisser le regard et de voiler les ornements d'une femme peuvent-ils être réalisés quand elle va travailler avec des hommes et se mélange avec eux, tout ce qui garanti la réalisation de ce dont elle doit de méfier.

Comment est il possible à une femme musulmane de baisser son regard alors qu'elle est côte à côte avec Al-Ajnabi (littéralement un homme étranger. Cela inclue tous ces hommes que l'on permet à une femme d'épouser selon la Loi Islamique), sous le prétexte qu'elle participe avec lui ou est égale à lui dans tout ce qu'il fait ?

Allah a interdit toutes ces causes prohibées et Il a commandé aux femmes de ne pas employer un discours séduisant avec les hommes parce que cela peut éveiller chez les hommes un désir des femmes.

Allah, l’Exalté dit:

" ô femmes du Prophète ! Vous n'êtes comparables à aucune autre femme. Si vous êtes pieuses, ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage, afin que celui dont le cœur est malade [l'hypocrite] ne vous convoite pas. Et tenez un langage décent." (sourate 33)

Ce qui est signifié est la maladie du désir, comment peut-elle être évitée alors qu’on mélange les sexes ?

Ce qui est tout à fait clair est que si elle part pour le travail avec les hommes elle parlera certainement avec eux et ils parleront avec elle, et elle ornera son discours pour eux et eux pour elle. En plus de cela, shaytan fait appel à l'immoralité et y appelle les gens, jusqu'a ce qu'ils deviennent sa proie. Donc Allah dans Sa sagesse a ordonné aux femmes d'être voilé.

Ceci seulement parce que parmi les gens il y a ceux qui sont justes et purs et d'autres qui sont des adultères et fornicateurs. Ainsi, se voiler/se cacher empêche, insha Allah, la tentation, gêne ses causes et par cela la pureté du cœur est atteinte, tant pour les hommes que les femmes, aussi bien que l'éloignement du soupçon et de l'accusation.

"(...) Et si vous leur demandez (à ses femmes) quelque objet, demandez-le leur derrière un voile : c'est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs;" (sourate 33).

Et la meilleure protection pour une femme, après la couverture de son visage et de son corps par des vêtements, est sa maison.

L'Islam a interdit aux femmes de se mélanger avec Al-Ajanib (pluriel de Al-Ajnabi), pour qu'elle ne s'expose pas à la tentation, directement ou indirectement. Il exige qu'elle reste à la maison et ne sorte que quand elle est obligée de le faire avec la décence exigée par l'islam.

Allah a nommé le fait qu’elle reste dans sa maison Qararan (c'est-à-dire être installé, stable) et dans cela il y a la plus subtile des significations, parce qu'elle contient sa stabilité, la tranquillité et le plaisir de son cœur. Quitter cette stabilité mène à la perturbation de celle-ci et son exposition à ce dont le résultat n'est pas louable.

L'islam a interdit l’isolement d'un homme avec Al-Ajnabiya dans n'importe quelle circonstance et il lui a interdit (à la femme) de voyager sauf avec son Mahram pour diminuer la description du shaytan.

Pour cette raison le messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Je n'ai pas laissé derrière moi une épreuve plus nuisible aux hommes que les femmes. »

Il (salallahu 'alayhi wa sallam) dit aussi : « Méfiez vous de la vie d'ici bas et soyez sur vos gardes contre les femmes, parce que la première épreuve des Israélites était les femmes. »

Il est possible que certains d'entre ceux qui appellent à la mixité dépendent de la signification superficielle de certains textes de Loi, la signification réelle et le but ne sont perçus que par celui dont le cœur a été illuminé par Allah et celui à qui l'on a donné la compréhension de la Religion d'Allah et a réuni toutes les preuves ensemble, jusqu'a ce que cela ait été unifié dans son esprit, pour qu'aucune partie ne soit séparée d'une autre partie.

Un malentendu est arrivé, par exemple, parce que quelques femmes ont accompagné le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam), à quelques expéditions militaires. Cependant, l'explication correcte, est qu'elles l'ont fait avec leur Maharim (pluriel de Mahram), pour atteindre beaucoup de bénéfices et cela n'a pas mené à ce que l'on craint pour elles, ni à l'immoralité, à cause de leur foi et piété, [et] de la surveillance de leur Maharim et de leur soin dans le maintien de ce qui doit être caché suivant la révélation à ce sujet, par contraste avec beaucoup de femmes de cette époque.

Il est clair qu'une femme quittant sa maison pour aller travailler, est une situation complètement différente de lorsque les femmes sont sorties avec le prophète d'Allah (salallahu 'alayhi wa sallam) dans une expédition militaire. Ainsi comparer ceci avec cela doit être considéré comme une analogie incorrecte.

Nous devons aussi demander ce qu'était la compréhension des prédécesseurs bien guidés concernant cette affaire. Il n'y a aucun doute qu'ils ont mieux compris les significations des textes que les autres gens et étaient plus proches de la mise en œuvre des injonctions du Qur'an et des Traditions du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam).

Ainsi qu'est-ce qui était constamment raconté par eux à travers l'histoire ?

Ont-ils élargi la gamme d'activité des femmes, comme ceux qui revendiquent la mixité et ont ainsi rapporté que ce qui a été mentionné dans les textes est qu'une femme peut travailler dans chaque domaine de la vie avec des hommes, pour qu'elle rivalise avec eux et qu’ils rivalisent avec elle ? Ou ont-ils compris que ces affaires ont été limités et ne sont pas allés au-delà ?

Si nous examinons les conquêtes islamiques et les expéditions militaires à travers l'histoire, nous ne trouvons pas ce mélange d'hommes et de femmes. Cependant, l'appel aujourd'hui pour le recrutement d'une femme en tant que soldat, qui porte des armes et tue comme un homme, n'est rien de plus qu'une raison de ruiner et démolir les mœurs de l'armée, au nom de la ‘détente’ de l'armée.

Ceci parce qu’arrive tout naturellement entre un homme et une femme, l'affection, l'intimité et la détente par la conversation quand ils sont seuls ; et comme une chose peut mener à une autre, il est plus sage, plus prudent et plus loin du regret futur de fermer la porte de la tentation.

Donc l'objectif principal de l'islam est l'encouragement de ce qui est avantageux et la prévention [de tout ce qui est] mal et la fermeture des portes de ses causes. Il a été mentionné précédemment que le mélange d'hommes et de femmes au travail est une cause principale du déclin des gens et de la corruption de la société.

C'est aussi un fait historique, qu'une des raisons principales du déclin et de la décrépitude qui arriva aux anciennes civilisations romaines et grecques [et d'autres] comme elles, était l'émergence de la femme de son domaine particulier au domaine particulier de l'homme et leur concurrence.

Cela a mené à la corruption des mœurs des hommes et leur abandon de ce qui poussait la communauté à un développement matériel et spirituel.

Aussi, si la femme est occupée à l'extérieur de la maison, cela amène l'homme à ne rien faire, causant un déclin et un écroulement de son rôle et la corruption de la famille, causant l'écroulement de sa structure et la corruption des mœurs des enfants. Ainsi, cela mène à la violation des principes qu’Allah a prononcé dans le Qur'an, qui est que cet homme a été placé comme tuteur.

C'est aussi l'objectif de l'islam d'éloigner la femme de tout ce qui contredit sa nature et ainsi [c'est pour cette raison qu’ ] il lui est interdit d’occuper des fonctions de gouverneur, comme la direction du pays, l'administration des lois et toutes ces charges qui portent des responsabilités publiques.

Ceci parce que le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Jamais une communauté qui a confié la direction de ses affaires à une femme ne réussira. » (rapporté par Al-Bukhari dans sa collection de Hadith authentique.)

Et donc on doit considérer l'ouverture de la porte de la mixité contradictoire à ce que l'islam veut pour elle comme bonheur et stabilité. Donc l'islam interdit l'enrôlement d'une femme qui est à l'extérieur de son lieu approprié et de son domaine d'activité.
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hijab, Jilbab, Niqab...

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:29

Preuves du jilbab dans le Coran

" Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font "

"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu'elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l'on sache ce qu'elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, Ô croyants, afin que vous récoltiez le succès."
(La Lumière: 30-31)

"Et quant aux femmes atteintes par la ménopause qui n'espèrent plus le mariage, nul reproche à elles d'enlever leurs vêtements de [sortie], sans cependant exhiber leurs atours et si elle cherchent la chasteté c'est mieux pour elles. Allah est Audient et Omniscient. "
(La Lumière: 60)

" Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l'Islam (Jahiliyah). Accomplissez le Salat, acquittez la Zakat et obéissez à Allah et à Son messager. Allah ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ô gens de la maison [du prophète]! et vous purifier pleinement ."
(Les Coalisés: 33)

" Ô vous qui croyez! N'entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu'invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à attendre sa cuisson. Mais lorsqu'on vous appelle, alors, entrez. Puis, quand vous aurez mangé, dispersez-vous, sans chercher à vous rendre familiers pour causer. Cela faisait de la peine au Prophète, mais il se gênait de vous (congédier), alors qu'Allah ne se gêne pas de la vérité. Et si vous leur demandez (à ses femmes) quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau: c'est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs; vous ne devez pas faire de la peine au Messager d'Allah, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui; ce serait, auprès d'Allah, un énorme pêché "
(Les Coalisés: 53)

" O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des Croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles (Jalabibihinna): elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. ALLAH est Pardonneur et Miséricordieux "
(Les Coalisés: 59)

Les preuves du Hijab dans la Sounnah


Première preuve :

Le prophète salla Allahu 3alayhi wa sallam a dit :

(المرأة عورة)

«La femme est une ‘Awrah».[39]


Le Sheikh Hamoud at-Touwaijri dit :

(Ce Hadith prouve que toutes les parties du corps de la femme font partie de la ‘Awrah, pour les hommes étrangers, tous ses membres et son visage y compris.

Il fut rapporté que Abou Taalib a dit selon l’Imam Ahmad :

«Les ongles de la femme font parti de sa ‘Awrah et lorsqu’elle sort de sa maison rien d’elle ne doit paraître, pas même ses chaussettes car les chaussettes décrivent la forme du pied. Et il est préférable qu’elle rajoute un gant à sa manche, pour que rien de sa main ne paraisse». Et nous avons mentionné précédemment ce que Sheikh Al-Islam, Ibn Taymiyyah a dit selon l’Imam Ahmad : «Tout de la femme est ‘Awrah, même ses ongles.» Et Sheikh Al-Islam a dit à la suite de cela : «Et c’est ce que dit l’Imam Maalik aussi»)[40]


Deuxième preuve :

D’après Ibn ‘Omar que le prophète a dit :

(لا تتنقب المرأة المحرمة ، و لا تلبس القفازين)

«La femme en état d’Ihraam[41] ne doit pas porter le Niqaab[42], ni les gants.»[43]


Sheikh Al-Islam, Ibn Taimiyyah dit au sujet de ce Hadith :

(Ce Hadith prouve que le Niqaab et les gants étaient bien connus chez les femmes qui n’étaient pas en Ihraam, et cela implique de couvrir le visage et les mains.)[44]

Ce Hadith est la preuve que le Niqaab était chose courante dans la société et que les femmes se couvraient également le visage et les mains.

Troisième preuve :

‘A’ishah dit :

عن أم المؤمنين عائشة رضي الله عنها قالت : (كان الركبان يمرون بنا و نحن مع رسول الله صلى الله عليه و سلم محرمات ، فإذا حاذوا بنا سدلت إحدانا جلبابها من رأسها على وجهها ، فإذا جاوزونا كشفناه.)

«Nous étions en état d’Ihraam, en présence du prophète (Sallallahou ‘alaihi wa sallam). Lorsque des hommes passaient près de nous, nous couvrions notre visage avec une partie de notre Jilbaab et lorsqu’ils s’éloignaient, nous laissions notre visage découvert.»[45]

Ce Hadith explique le Hadith précédent et clarifie ce que la femme doit faire en présence d’homme étranger en état d’Ihraam. Nous pouvons comprendre que même si la femme n’a pas le droit de porter le Niqaab, elle doit quand même se couvrir le visage en présence d’hommes étrangers, avec autre chose, comme son vêtement ou autre, comme cela fut expliqué par les savants. Malheureusement, celui qui va faire le Hajj aujourd’hui réalise à quel point la plupart des musulmans dans le monde ont dévié de cet ordre. Qu’Allah ramène la Oummah à la Vérité.

Quatrième preuve :

D’après Ibn ‘Omar qui dit : le messager d’Allah a dit :

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال : قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : (من جر ثوبه خيلاء لم ينظر الله إليه يوم القيامة) فقالت أم سلمة رضي الله عنها: فكيف يصنع النساء بذيولهن ؟ قال : (يرخين شبراً) فقالت : إذاً تنكشف أقدامهن ! قال : (فيرخينه ذراعاً و لا يزدن عليه).


«Celui qui laisse son vêtement traîner sur le sol, par fierté, Allah ne le regardera pas au jour de la résurrection.» Oum Salamah dit : «Que doivent faire les femmes avec leurs vêtements?» Il dit : «Qu’elles rajoutent la longueur d’une main.» Elle dit : «Mais alors, nos pieds seront découverts !» Il dit : «Qu’elles rajoutent la longueur d’un avant-bras et pas plus.»[46]
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les regles regissant le voile de la femme

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:32

Par Sheïkh el Fawzân

Louange à Allah, que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Envoyé Mohammed, ainsi que sur ses Compagnons, ses proches et tous ceux qui suivent sa voie jusqu’au jour des comptes.

Ensuite :
A- L’habit légitime de la femme :
1- L’habit de la femme musulmane doit être ample et couvrir tout le corps du regard des hommes ne faisant pas partie de son entourage (mahram). En présence de ses mahram, la femme peut dévoiler son visage, ses mains, et ses pieds conformément à l’usage.

2- Il doit être épais et ne pas être transparent de façon à ne pas laisser voir la peau à travers.

3- Il ne doit pas être moulant de façon à ne pas épouser les formes du corps. Dans le recueil de Muslim, le Prophète a dit : « Il y a deux sortes d’habitants de l’Enfer que je ne verrais pas (de mon vivant) ; des femmes vêtues mais dénudées, qui se déhanchent et qui sont attirantes. Elles n’entreront pas au Paradis et n’en sentiront pas l’odeur. Et des hommes munis de cravaches en forme de queues de vache, qu’ils se servent pour battre les serviteurs d’Allah. »

Sheïkh el Islam ibn Taïmiya –qu’Allah lui fasse miséricorde – a commenté dans Majmû’ el Fatâwa (22/146) : « vêtues mais dénudées : selon certaines interprétations, elles sont effectivement habillées mais en réalité elles sont dénudées. Cela consiste à mettre soit des vêtement léger et transparent qui laissent entrevoir la peau, ou soit un habit serré qui épouse les formes du corps comme les fesses, les avant-bras, ou autre. Cependant, l’habit de la femme doit la couvrir (de la tête au pied) de sorte qu’il ne laisse entrevoir ni la peau ni les formes du corps, pour être épais et large. » Fin de citation.

4- Il ne doit pas être réservé aux hommes. Le Prophète en effet a maudit les femmes hommasses et celles qui veulent ressembler aux hommes. Au niveau des vêtements, cela consiste à vêtir un habit dont le genre et la forme sont réservés aux hommes conformément à l’usage en vigueur, et indépendamment dans chaque société.

Sheïkh el Islam ibn Taïmiya –qu’Allah lui fasse miséricorde – a expliqué dans Majmû’ el Fatâwa (22/148, 149-155) : « Pour différencier entre les habits des hommes et celui des femmes, il faut se baser sur ce qui convient à chacun d’entre eux. Soit, tout ce qui correspond et qui est imposé à chacun. Il est imposé aux femmes de se couvrir et de se voiler sans dévoiler leurs parures ni s’exhiber. C’est pourquoi, il n’est pas légiféré pour la femme d’élever la voix ni pour l’Edhân (l’appel à la prière), ni pour la Talbiya (invocations du pèlerin). Elle ne doit pas non plus monter sur les monticules de Safâ et Marwa, ni se dévêtir durant sa sacralisation contrairement à l’homme. Celui-ci doit en effet se dévêtir la tête et de ne pas mettre ses habits usuels dont la couture respecte les formes du corps. Il ne doit pas porter une chemise, un pantalon, un manteau, ou des chaussons (…) quant à la femme, elle peut s’habiller sans restriction au cours de l’Ihram ; si elle doit rester couverte et voiler, le contraire ne peut lui être imposé.

Par contre, elle ne doit pas mettre ses gants ou son Niqâb (le voile lui entourant le visage) pour avoir été cousu en fonction des formes du corps ; cette interdiction se vérifie dans la situation où le besoin de les porter ne se fait pas ressentir. »
Ensuite, il a précisé qu’elle doit se couvrir le visage par d’autres moyens que le port du Niqâb pour conclure : « s’il est clair que la femme doit absolument se distinguer de l’homme au niveau de l’apparence, de sorte qu’elle doit se couvrir et se voiler pour ne pas ressembler à l’homme, nous pouvons découvrir sur quel principe ce chapitre est fondé. Il devient évident que les vêtements utilisés en général par les hommes, deviennent interdit aux femmes. (…) Si à la fois dans son apparence, la femme manque de pudeur et ressemble aux hommes, l’interdiction s’étend à ces deux niveaux. Mais certes Dieu Seul sait ! »

5- Il ne doit pas embellir la femme de sorte que celle-ci n’attire pas l’attention en dehors de son domicile sinon elle compterait parmi celles qui exhibent leur parure.

B- Le voile :
Le voile signifie que la femme doit couvrir tout son corps du regard de tous les hommes en dehors de ses proches (mahram), comme le Seigneur le révèle :
(sans dévoiler leur parure si ce n’est devant leurs époux, leurs pères, le père de leurs époux, leurs fils, les fils de leurs époux, leurs frères, les fils de leurs frères, ou les fils de leurs sœurs) [1]

Le Très-Haut a révèle également :
(Si vous leur demandez un bien quelconque, faites-le de derrière un voile) [2] Le voile correspond donc à toute chose permettant de couvrir la femme que ce soit un mur, une porte, ou un vêtement. Bien que ce commandement s’adresse aux femmes du Prophète, il concerne cependant toutes les musulmanes car la suite du verset fournis la raison pour laquelle cette loi fut légiférée lorsque le Seigneur révèle :
(Cela est plus pure pour vos cœurs et les leurs). [3]

Sheïkh el Islam ibn Taïmiya –qu’Allah lui fasse miséricorde – a affirmé dans Majmû’ el Fatâwa (22/110, 111) : « La tunique (Jilbâb) correspond au manteau (Malâa), c’est ce qu’Ibn Mas’ûd appelle le par-dessus (Ridâ), alors qu’elle est couramment désignée par le bas ou la cape (Izâr). C’est une longue cape qui couvre la tête et le reste du corps. Selon Abû ‘Ubaïda et d’autres savants, la femme l’enfile par-dessus la tête et ne laisse paraître que ses yeux comme dans le principe, pour le voile ou le foulard qui couvre le visage. »

Au niveau de la Tradition prophétiques, un certain nombre de Hadith confirme que la femme doit se voiler le visage en présence d’un étranger, dont notamment celui de ‘Âicha –qu’Allah l’agrée – dans lequel elle raconte : « Des cavaliers passaient devant nous, lorsque nous étions avec le Messager d’Allah (r) en état d’Ihram (sacralisation). Dès qu’ils arrivaient à notre hauteur, nous prenions le pan de notre tunique au dessus de la tête pour le rabattre sur notre visage, et dès qu’ils étaient passés, nous pouvions découvrir notre visage. » Rapporté par Ahmed, Abû Dawûd, et ibn Mâja.

Il existe de nombreux arguments du Coran et de la Sunna venant certifier l’obligation pour la femme de se couvrir le visage en présence d’un étranger. Pour de plus amples détails, je te renvois chère sœur musulmane au traité de Sheïkh ‘Abd Allah ibn ‘Abd ‘Aziz ibn Bâz sur le voile, et le sabre notoire contre les individus éperdus voulant retirer le voile du Sheïkh Hammûd ibn ‘Abd Allah e-Tuwâjrî, et enfin le traité sur le foulard de Sheïkh Mohamed ibn Sâlih el ‘Othaïmîn.

Chère sœur musulmane ! Saches que les savants qui autorisent à dévoiler le visage, en dehors du fait que cette opinion est la moins pertinente, tiennent compte cependant du facteur de sécurité. La femme n’est pas à l’abri des tentations (Fitna), surtout à notre époque où la vertu (le scrupule religieux) et la pudeur se perdent tant chez les hommes que chez les femmes, au moment où les partisans de la décadence se font plus nombreux. En outre, la femme confrontée à une panoplie de produits cosmétiques, devient la proie plus facile des tentations.
Tu dois rester sur des gardes chère sœur musulmane ! En veillant à garder le voile qui fait rempart aux tentations par la Volonté d’Allah. Il n’est pas concevable qu’un savant reconnu parmi les contemporains ou les anciens ait permis aux femmes abusées d’en arriver à la situation actuelle.

Certaines femmes musulmanes font parfois preuve d’hypocrisie concernant leur attachement au voile. Si celles-ci sont dans un milieu dans lequel il fait partie de l’usage, elles se résignent à le porter, mais une fois en dehors du pays, elles l’enlèvent aussitôt. D’autres femmes certes se couvrent dans la rue, mais dès qu’elles entrent dans un centre commercial ou un hôpital (où le climat est plus intime), ou dès qu’elles s’adressent à un bijoutier ou à un couturier pour femme, elles découvrent leur visage sans scrupule et elles exhibent par la même occasion les avant-bras comme si elles étaient en compagnie de leur mari ou d’un proche. Craint Dieu ! Et ne t’adonnes plus à ce genre de pratiques ! Nous avons pu voir en personne des femmes venant de l’étranger, se voiler au moment de l’atterrissage, dans l’un des aéroports du pays (l’Arabie Saoudite ndt), comme si le voile était devenu une coutume non un commandement divin !

Chère sœur musulmane ! Le voile n’a d’autre fonction que de te préserver et de te protéger des regards empoisonnés venant des cœurs malades et des chiens humains. Il t’est un rempart aux appétits féroces. Tu dois t’y attacher, et ne pas te tourner vers ces revendications pour le moins tendancieuses dont les aspirations sont de combattre le voile en cherchant à le dénigrer. Leurs partisans ne te veulent aucun bien comme le Seigneur le révèle :
(Ceux qui suivent leurs passions voudraient profondément que vous succombiez) [4]

Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Envoyé Mohamed, ainsi que sur ses proches, et tous ses Compagnons !

[1] La lumière ; 31
[2] Les coalisés ; 53
[3] Les coalisés ; 53
[4] Les femmes ; 27
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Difficultés face au niqab avec ses proches

Message par Abu Luqman le Jeu 6 Déc - 11:34

Question : L’auditrice (aux initiales) « Alif, Sin » Umm Juwayriyah du Koweït pose également la question suivante : Je suis une jeune fille portant le niqâb, et la louange est à Allah, mais ma mère refuse de sortir avec moi pour visiter la famille et les proches, car elle pense que je vais lui causer du tort. Elle n’est pas contente du fait que je porte le niqâb, que je ne sers pas la main aux hommes et d’autres choses encore faisant partie de la religion. Comment dois-je agir vis-à-vis d’elle et que me conseillez-vous, qu’Allah vous récompense (par un bien) ?

Réponse : La réponse à cette question comprend deux versants.

Premièrement : concernant ta mère, je lui conseille de cesser de te rendre la situation difficile en raison du fait que tu t’accroches à ta religion. Et je lui dis qu’il lui est obligatoire de t’aider sur l’obéissance et la piété, et qu’elle loue Allah de lui avoir accordé une descendance pieuse. Toute personne est heureuse de voir que ses enfants sont pieux, filles ou garçons, et l’enfant pieux est celui qui profite à ses parents après leur mort. Le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Lorsque l’homme meurt, ses actions cessent sauf pour trois choses : une aumône continue, une science profitable, ou un enfant pieux invoquant pour lui. » Il ne lui est aucunement permis de te rendre la situation difficile pour avoir accompli le bien et délaisser le mal.

Deuxièmement : en ce qui te concerne, respecte les limites d’Allah et ne prête attention à personne, ni à ta mère ni à personne d’autre. Si tu fais ce qui amène l’agrément d’Allah, ne prête aucune attention (à ce que disent les gens) même s’ils sont tous en colère contre toi, même ta mère. Celui qui se met en colère contre toi en raison du fait que tu obéis à Allah, qu’il se mette en colère, mais n’y prête aucune attention. Quant au fait qu’elle ne veuille pas sortir avec toi en prétextant que cela va lui causer du tort, cela vient de son manque de clairvoyance. Il n’y a aucun tort dans le fait de porter le niqâb ou de ne pas serrer la main des hommes, au contraire cela fait partie des bienfaits d’Allah, on doit se réjouir de cela et Le louer pour l’avoir aidé à l’accomplir, car cela fait partie de l’obéissance à Allah.
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur

Message par vyvy le Ven 7 Déc - 20:39

As salam alaykoum

J'aimerais savoir de quelle secte viens l'opinion de ses sheikhs. What a Face

Merci.

Salam alaykoum
avatar
vyvy

Messages : 67
Date d'inscription : 06/12/2007
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

étude comparative

Message par Abdelkarim le Ven 7 Déc - 21:38

As-salam aleikoum wa rahmatoulahi wa barakatouhou...

Tout d'abord vyvy je ne pense pas que le terme de "secte" est aproprié car cela impliquerait qu'ils ne sont pas musulmans or je sais que certains des sheikhs cités sont tout à fait honorable, après faut voir les differents avis, et surtout sur quoi ces derniers sont forgés...

Ensuite...
La question de la nécessité ou non pour la femme de porter le "Niqâb" (voile dissimulant le visage) a toujours été très controversée... Dans les lignes suivantes, je vais essayer, Incha Allah, de présenter une synthèse des divergences existant sur la question.
Par souci de clarté, je vais procéder de la manière suivante:

* Dans un premier temps, on s'efforcera de définir certains termes couramment utilisés dans la terminologie islamique concernant la question du voile.

* Puis, on essaiera de déterminer avec précision quelles sont les parties du corps qu'il est obligatoire à la femme musulmane de couvrir.

* Enfin, on citera la position des savants des différentes écoles juridique par rapport au "Hidjâb" et au "Niqâb".

Définitions:

Hidjâb: Voile que la femme utilise pour recouvrir la partie de sa tête qu'elle doit cacher en présence d'étranger.

Niqâb: Voile servant à recouvrir complètement le visage de la femme, à l'exception des yeux.

(Réf: Moudjam Loughatal Fouqahâ)

Quelles sont les parties du corps que la femme doit cacher (ces parties du corps sont appelées "Awrah" en arabe) en présence de personnes étrangers, avec qui le mariage est permis ?

En principe, l'ensemble du corps de la femme est considéré comme étant "awrah", à l'exception des mains et du visage. Il y a pratiquement unanimité des savants sur ce point. Théoriquement donc, cela signifierait qu'il est tout à fait permis à la femme de garder le visage et les mains découverts en présence d'hommes étrangers...

Néanmoins, quand on se reporte aux écrits des juristes, on se rend compte que les choses ne sont pas si simples et que l'on ne peut systématiquement pas lier ces deux points entre eux: Ainsi, malgré le fait qu'il y ait plus ou moins un consensus pour considérer que le visage de la femme ne fait pas partie intégrante du "awrah", la question de savoir s'il faut quand même le couvrir ou non en présence d'étrangers fait l'objet de profondes divergences. C'est ce que l'on va à présent aborder.

Position des écoles juridiques et des savants sur le "Hidjâb" et le "Niqâb".

Hidjâb: D'après ce qui a été dit plus haut, il est clair que le port du Hidjâb est obligatoire dans toutes les écoles juridiques. En effet, il n'y a aucune divergence sur le fait qu'il est obligatoire à la femme de se couvrir les cheveux.

Niqâb: Pour ce qui est du "Niqâb", on peut dégager deux grandes tendances:

- La première est la suivante: Le visage ne faisant pas partie du "awrah", le port du "Niqâb" (voile recouvrant le visage) n'est donc pas une obligation en soi imposée par les références premières ("wâdjib li aynihi").
Néanmoins, les savants suivant cette tendance se sont divisés en deux groupes:


- Certains oulémas, se basant, entre autres, sur le fait que le visage ne fait pas partie du "awrah" et considérant les nombreux Hadiths authentiques qui relatent qu'à l'époque du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam), des femmes musulmanes ne se couvraient pas le visage, ne considèrent pas du tout le port du "Niqâb" comme étant un devoir. Néanmoins, étant donné que l'exemple des femmes du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) est le modèle à suivre pour toute femme croyante, porter le "Niqâb" reste un acte recommandé et méritoire: C'est ce que Qâdhi Iyâdh r.a. rapporte d'un groupe de savants "qu'il n'est pas nécessaire à la femme de se couvrir le visage dans la rue; c'est une pratique "sounnah". Par contre, ce sont aux hommes de baisser leur regard, suivant l'injonction coranique." (Réf: "Al Fiqh oul Islâmiy" - Volume 3 / Page 562) (Cet avis est, à ma connaissance, celui qui est suivi notamment dans les pays musulmans d'Afrique du Nord. C'était là également la position de Cheikh Albâni r.a.)

- D'autres savants (hanafites et mâlékites notamment - Voir par exemple pour le Fiqh Hanafi: "Ad dourroul Moukhtâr wa raddil Mouhtâr" Volume 1 / Page 406 et pour le Fiqh Mâliki: "Ach Char' houl Kabîr" Volume 1 / Page 214)) sont d'avis que le port du "Niqâb" doit être respecté lorsqu'il y a un risque de "Fitnah", par exemple dans le cas où la femme réside dans un environnement malsain et dominé par l'impudeur. (Cet avis est celui qui est souvent retenu dans les populations musulmanes du sous continent indien. En d'autres mots, selon eux, le devoir pour la femme de se couvrir le visage repose uniquement sur des facteurs externes ("lighayrihi") (comme le risque que la femme puisse faire l'objet de comportement et d'attitude malveillantes) et non pas sur une prescription explicite du Qour'aane ou de la Sounnah ("lâ li aynihi").

Selon les conclusions d'une étude faite par Moufti Chafi' r.a. du Pakistan sur la question, cette position semble ("Wa Allâhou A'lam !") être proche de celle de Ibné Abbâs (radhia Allâhou anhou), quand on fait le rapprochement entre les différents propos qui sont rapportés de lui. En effet, on trouve d'un côté son interprétation du verset de la Sourate "An-Noûr" ("Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît…" - Voir la note annexe à ce sujet ) où il exprime clairement que la partie du corps que femme peut laisser découverte désigne le visage et les mains: C'est notamment ce qui est rapporté de lui dans le Tafsîr de Ibné Kathîr r.a. (Volume 3/ Page 283), les "Ahkâmoul Qour'aane" de Ibné Arabi Al Mâliki r.a. (Volume 3/ Page 1356) et de Abou Bakr Djassâs (le hanafite) (Volume 3/ Page 315), le Tafsîr de l'Imâm Al Qourtoubi r.a. (Volume 12/ Page 228) et Ibné Taymiyah r.a. ("Tafsir Sourat oun Noûr" / Page 65). (Abou Bakr Djassâs r.a. cite par ailleurs des rapports indiquant que des interprétations allant dans le même sens que celle de Ibné Abbas (radhia Allâhou anhou) sur ce point sont rapportées de Ibné Oumar (radhia Allâhou anhou) et Aïcha (radhia Allâhou anha), mais aussi de Hassan Al Basri r.a. et de Saïd Ibn oul Moussayib r.a.)

D'un autre côté, on a d'autres propos de Ibné Abbâs (radhia Allâhou anhou), qui sont cités par l'Imâm Qourtoubi r.a. et l'Imâm Al Aloûsi r.a. dans les commentaires du verset portant sur le "Djilbâb" (sorte de long manteau que la femme porte au dessus de sa tête et de ses vêtements) ( "Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux." (Sourate 33/Verset 59)) et qui indiquent que Ibné Abbas (radhia Allâhou anhou) était d'avis qu'il est nécessaire à la femme de se couvrir le visage lorsqu'elle sort de chez elle… Néanmoins, le contexte de Révélation du verset montre bien que cela avait été exprimé dans des circonstances bien précises, c'est à dire lorsque les femmes croyantes faisaient l'objet d'offenses de la part des hypocrites et des pervers…

- La seconde tendance est la suivante: Malgré le fait que le visage de la femme ne fait pas partie du "awrah", celle-ci a cependant pour devoir de le dissimuler constamment en présence d'hommes étrangers (sauf dans des cas exceptionnels) en portant le "Niqâb" justement. Cette approche repose principalement sur les deux éléments suivants:

Tout d'abord, il y a l'interprétation de Ibné Mas'oûd (radhia Allâhou anhou) du même verset de la Sourate "An Noûr" déjà cité plus haut: Selon lui, l'expression "de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît…" désigne les vêtements apparents, et non pas le visage et les mains.

Ensuite, il y a les interprétations du verset 59 de la Sourate 33 (également cité plus haut) qui indiquent qu'en portant le "Djilbâb", la femme ne peut laisser que ses yeux découverts: Cette interprétation est notamment rapportée de Ibné Abbas (radhia Allâhou anhou) (mais comme on a pu le voir plus haut, quand on fait le rapprochement avec les différents rapports venant de Ibné Abbas (radhia Allâhou anhou), on se rend compte que cet aspect de l'argumentation n'est pas très solide).

Cet avis est celui qui est généralement retenu comme étant celui de l'Imâm Ahmad Ibné Hambal r.a., et c'est également celui qui fait la préférence de Ibné Taymiyah r.a. (et des savants contemporains d'Arabie Saoudite.)

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

Annexe:

Quelques précisions concernant le verset 31 de la Sourate "An Noûr" (dont les interprétations divergentes est à l'origine d'une bonne partie des divergences au sujet du "Niqâb"):

Traduction du sens des versets:

"Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font.

Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu'elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l'on sache ce qu'elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès."

(Versets 30-31 / Sourate 24)

Il y a deux interprétations différentes qui sont rapportées au sujet de l'expression "et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît" . Tandis que certains Compagnons (c'est le cas notamment de Ibné Mas'oud (radhia allâhou anhou) ) affirment que le terme "ce qui en paraît" se réfère aux vêtements apparents (ce qui signifierait donc que le corps de la femme en entier doit rester couvert, le visage inclus… Un certain nombre de Traditions authentiques indiquent que certaines femmes musulmanes (dont les épouses du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam)) se couvraient le visage lorsqu’elles se trouvaient en présence d’hommes étrangers, à l'époque de la Révélation...), d'autres Compagnons (comme Ibné Abbâs (radhia allâhou anhou)) disent au contraire que ce terme désigne les deux mains et le visage (ce qui sous entend que la femme peut garder le visage et les mains découverts... Elle doit se couvrir toutes les autres partie du corps).

Cette divergence a eu pour conséquence naturelle d'occasionner des divergences entre les juristes qui sont venus après les Compagnons (radhia Allâhou anhoum).

L'opinion retenue par la majorité des commentateurs du Qour'aane est cependant est celle de Ibné Abbas (radhia allâhou anhou). C'est notamment l'avis de Az zamakhchari (Réf: "Al Kacchâf", Volume 3 / Pages 230-231), de l'Imâm Ibné Kathîr ("Tafsir Ibné Kathîr" Volume 3 / Page 283), de Al-Râzi ("Tafsir Kabîr" Volume 23 / Pages 205-206), de Al Qoutoubi ("Tafsir oul Qourtoubi" Volume 12 / Pages 228-229), de Al Tabri ("Moukhtasar min Tafsîril Imâm Al Tabri" Volume 2 / Page 9 et Note N°3), de Al Âloûsi ("Rouhoul Ma'âni" Volume 18 / Page 140) et de Al Djassâs ("Ahkâmoul Qour'aane" Volume 3 / Page 315).

PS: jusqu'à preuve du contraire sheikh Albani (rahimulah) adopte la position de dire que le niqab n'est pas une obligation, mais une recomandation... Wa Allahou A3lem...
avatar
Abdelkarim

Messages : 66
Date d'inscription : 18/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur

Message par Abu Luqman le Sam 8 Déc - 0:19

Wa alaykoum salam wa rahmatullahi wa barakatuh oukhti vyyvyy,

Les savants cités en référence dans ce post sont : Shaykh Ibn Bazz (rahimahullahi), Shaykh 3Uthaymine (rahimahullahi), Shayk Fawzan (hafizahullahi), Shaykh Al Islam Ibn Taymiyah (rahimahullahi).
Je te laisse faire tes propres recherches afin de t'assurer de la valeur de ces savants (qu'Allah les récompense) qui sont reconnus mondialement et pas seulement dans le Royaume d'Arabie Saoudite, et je t'invite également a faire des recherches quant au comportement a adopter face aux savants.

Recherches dont tu pourrais partager avec nous le fruit car a ce sujet nous avons tous besoin d'éducation ou de rappel...Barak Allahu fiki ma tres chere soeur.

Il s'agit ici d'avis de savants qui ont fait leur ishtihad et nous nous devons de respecter ces avis meme si ils heurtent notre conception et si ils touchent notre nafs. Comme l'a trés bien précisé ben75 (jazahullahu khayran), il se peut que sur un sujet il y aie des avis différents et qu''il y aie une divergence d'opinion et d'analyse.
Charge a nous de faire nos recherches et de tendre vers l'avis qui nous aura le plus convaincus (sans suivre ses passions) sans pour autant critiquer un avis ou un savant, simples ignorants que nous sommes...

Parfois meme si un avis est plein de vérité, nous ne sommes pas prets a l'accepter, par manque de foi souvent mais ne tombons pas dans l'erreur qui consiste a dénigrer les savants ayant émis cet avis car cette attitude est tres dangereux et n'oublions jamais que la chaire des savants est empoisonnée, que les savants sont les héritiers des Prophetes et que qu'ils aient raison ou tort, ils ont une récompense...

Wa Allahu a3lam
avatar
Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum