La vérification de l'authenticité des Hadîths : dès les prem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La vérification de l'authenticité des Hadîths : dès les prem

Message par achiqatlmadina le Lun 3 Déc - 23:32

jazakaoumou lah mes soeurs et freres pour vos suggestions, mais cela m'as pousser a vous parler de ce sujet qui n'est pas moins interessant inchallah.
Les Hadîths n'ayant pas été systématiquement et immédiatement mis par écrit comme l'ont été les versets du Coran, des Hadîths inventés sont effectivement apparus des années après la mort du Prophète (sur lui la paix), à partir de l'épreuve que constitua la bataille de Siffin et des divisions qui s'ensuivirent. Il s'agissait de prouver que tel personnage était supérieur, sur la base d'une parole du Prophète même, cela se fît-il en prêtant au Prophète ce qu'il n'avait pas dit. Cela est vrai. Cependant, ce qu'il importe de relever, c'est que très tôt, dès les premiers temps et avant même l'épreuve sus-citée, on s'est soucié de vérifier l'authenticité des textes attribués en tant que paroles, d'actes ou d'approbations au Prophète. Autrement dit de vérifier le fait que l'attribution de telle parole, tel acte et telle approbation au Prophète n'était pas le résultat d'un mensonge ou d'une erreur.
Le Prophète lui-même met en garde contre l'invention de Hadîths et demande d'être prudent : "Mentir à mon sujet n'est pas comme mentir au sujet de quelqu'un d'autre. Celui qui ment (et me prête ce que je n'ai pas dit), qu'il prépare son séjour en enfer" (rapporté par al-Bukhârî).
"Viendront à la fin des temps des trompeurs menteurs qui vous apporteront des Hadîths que ni vous ni vos pères n'aviez entendus. Préservez-vous d'eux : qu'ils ne vous égarent ni ne vous tentent" (rapporté par Muslim, al-Muqaddima). donc preservons nous du soucis des faux hadiths.wallahu a3la waa3lam....assalamu 3alikoum warahmatu lah wabarakatuh.

achiqatlmadina

Messages : 117
Date d'inscription : 21/11/2007
Age : 35
Localisation : maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hadiths faibles et inventés

Message par Abu Luqman le Mar 4 Déc - 10:17

Le Cheikh al Albani -qu'Allah lui fasse miséricorde-, écrivit ce livre pour avertir contre le danger de ces Hadiths qui sont très nombreux (on les compte par milliers) et très répandus dans les ouvrages (du Fiqh, du Tafsir, de l’exhortation, du Targhib wa Tarhib, et autres) ainsi que dans la communauté.
Un seul menteur en avait inventé 4000 et trois autres menteurs connus en ont inventé plus de 10 000. Que dire alors des autres Hadiths inventés pour raisons diverses (politique, fanatisme, nationalisme, Madh-hab, pour se rapprocher d’Allah comme il le prétend, ou par erreur…).
Et aussi les efforts entrepris par les innovateurs, les gens de la passion, les Soufis, les Zindiq et autres pour les propager dans la communauté et les faire entrer dans l’Islam.
Mais pour contrer et réfuter ces Hadiths, Allah envoie des savants pour démontrer qu’ils sont faibles ou inventés. C’est pour cela que lorsqu’il fut dit à abdoullah ibn al Moubarak : « Et ces Hadiths inventés ? » .
Il répondit : « Il y a des grands savants qui vivent pour les contrer »

Ibn al Jawzi dit : « Du fait que personne ne pouvait rajouter quoi que ce soit dans le Coran, certaines personnes se sont mises à rajouter dans les Hadiths du Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui-, et elles inventèrent sur lui ce qu’il n’a pas dit. Alors Allah envoya des savants pour défendre la Sounnah en montrant ce qui est authentique et en dénonçant ce qui est mauvais. Et Allah en envoie à toute époque, sauf que ce genre de savants a diminué à notre époque. »
Que dire alors à notre époque !

C’est pour cela qu’il est important de dénoncer les Hadiths faibles et inventés pour avertir les musulmans et pour ne pas leur cacher la vérité, et ceci pour nettoyer la Sounnah du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- de ce qui n’en fait pas partie.

L’imam ‘Abdour-Rahmane ibn Mahdi a dit :
« Que je sache la faiblesse d’un Hadith est préférable pour moi
que d’écrire un Hadith que je n’ai pas ». [2]

La propagation des Hadiths faibles et inventés est un grand fléau qui touche la communauté musulmane depuis de longs siècles. Ce fléau touche surtout la masse mais aussi beaucoup de savants, sauf ceux qu’Allah a épargné parmi les savants du Hadith comme al Boukhary, Ahmad, ibn Ma’ine, abou Hatim ar-Razi et d’autres. Ce fléau amena des conséquences néfastes, que ce soit dans la croyance ou dans la législation.

Mais heureusement qu’Allah envoya les savants du Hadith pour prendre en charge cette grande responsabilité qui est de surveiller la Sounnah du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- sans rien laisser entrer dedans. Ceux là sont les imams du Hadith et les porteurs de l’étendard de la Sounnah à qui le Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- fit cette invocation :
« Qu’Allah embellisse le visage de celui qui entend ma parole,
la comprend, l’apprend puis la transmet.
Il se pourrait que quelqu’un porte une science vers plus savant que lui »[3]

Donc ces imams -Qu’Allah les récompense- ont démontré l’état de la plupart des Hadiths (soit authentiques, soit faibles, soit inventés) et ont émis des fondements solides et des règles, celui qui les apprend et les assimile convenablement pourra savoir le degré de n’importe quel Hadith même s’ils n’ont pas précisé ce Hadith et c’est ce qui est appelé la science du moustalah al Hadith (la technique du Hadith).

Beaucoup ont écrit des livres pour montrer spécialement l’état des Hadiths et leurs degrés comme :
« al Maqassid al Hassana » de al Hafidh as-Sakhawi
« Naçb ar-Raya » de al Hafidh az-Zaila’y
« al Moughni ‘an Hamlil Asfar » de al Hafidh al’Iraqi.
« Talkhis al Habir » et « Takhrij Ahadith al Kachaf » de al Hafidh ibn Hajar al ‘Asqalani.
« Takhrij Ahadith Achifa » de as-Souyouti.

Et bien d’autres ouvrages ont été écrits pour faciliter aux savants et étudiants qui viennent après pour qu’ils sachent le degré des Hadiths dans les livres, mais au lieu de cela ils délaissèrent la lecture de ces ouvrages et ont de ce fait ignoré les degrés des hadiths qu’ils ont appris par cœur de leurs cheikhs, ou qu’ils ont lu dans les livres qui ne se contentent pas que des Hadiths authentiques. C’est pour cela que souvent lorsqu’on entend un cours d’exhortation, une conférence, ou une Khoutba (un prêche, un prône) et bien on y trouve des Hadiths faibles et inventés. Ceci est très grave, il est à craindre que tous entrent par cette cause dans l’avertissement du Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- :
« Celui qui ment sur moi volontairement, qu’il prépare sa place en enfer ».

Quand bien même, s’ils n’ont pas menti volontairement, et bien ils savent que dans les Hadiths il y a ce qui est faible et ce qui est inventé donc, indirectement, ils ont commis ce pêché et le Prophète -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a bien dit :
« Il suffit à quelqu’un pour être menteur qu’il répète tout ce qu’il entend »[4]

L’imam Malik a dit : « N’est pas à l’abri celui qui rapporte tout ce qu’il entend, et ne sera jamais imam alors qu’il rapporte tout ce qu’il entend.»

L’imam ibn Hibban dit dans son « Sahih » :
« chapitre : celui qui rapporte d’après le prophète
sans savoir si c’est authentique entre en enfer »

Puis il cita le Hadith d’après abou Houreirah :
«Celui qui dit sur moi ce que je n’ai pas dit, qu’il prépare sa place en enfer.»[5]

Puis il dit :
« la preuve que ce qu’on a mis comme titre au chapitre précédent est authentique »

Puis il cita le Hadith d’après Samourah ibn Joundoub, que le Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
« Celui qui rapporte de moi un Hadith qu’on voit que c’est un mensonge,
alors il est un des deux menteurs »[6]

Puis ibn Hibban dit :
« Citation d’une deuxième preuve prouvant l’authenticité de ce que nous avons dit »

Puis il cita le Hadith précédent de abou Houreirah.

Donc il apparaît bien qu’il n’est pas permis de propager ni de rapporter des Hadiths sans connaître leurs authenticités puisque le Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- dit :
« Un mensonge à mon encontre n’est pas comme un mensonge
à l’encontre de quelqu’un d’autre,
celui qui ment sur moi volontairement, qu’il prépare sa place en enfer »[7]

C’est pour cela que le cheikh al Albany, écrivit ce livre (ainsi que beaucoup d’autres) pour montrer aux gens les degrés de beaucoup de Hadiths que l’on entend aujourd’hui ou que l’on lit dans les livres répandus, et c’est aussi afin que se rappelle celui qui veut se rappeler ou craindre.

D’après Hayat al Albany de ach-Chaïbani volume 2 pages 648 à 657, Traduction de abou ‘Abdir-Rahmane ‘Abdoullah at-Tantany


--------------------------------------------------------------------------------

[1] Voir Ma’a cheikhina Nacir as-Sounnah wad-Dine par ‘Ali Hassan al Halaby (pn°50-51).
[2] Rapporté par ibn abi Hatim dans al’Ilal v.1/p10
[3] d’après ibn Mas‘oud -qu'Allah l'agrée- rapporté par abou Dawoud et at-Tirmidhi qui l’authentifia et ibn Hibban dans son Sahih
[4] Rapporté par Mouslim d’après abou Houreirah
[5] Hadith bon (Hassan) et son origine se trouve dans les deux Sahihs
[6] Rapporté par Mouslim
[7] Rapporté par Mouslim et d’autres

Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rappel des catégories de hadith

Message par Abu Luqman le Mar 4 Déc - 10:23

Hadîth authentique

Un Hadîth est "authentique" (sahîh) lorsqu'il remplit les 5 conditions suivantes :

1- il faut que sa chaîne de transmission soit continue entre les différents maillons, depuis le Prophète salla Allahu 3alayhi wa sallam jusqu'à celui qui l'écrit dans son recueil.

2- il faut que chaque maillon soit fiable sur le plan de la moralité (3adâla).

3- il faut que chaque maillon soit parfait au niveau de la rétention / compréhension (dhabt).

4- il faut que le Hadîth ne soit pas contredit de manière irréconciliable par un Hadîth plus authentique que lui (shudhûdh).

5- il ne faut pas que la chaîne de transmission de ce Hadîth renferme un défaut dissimulé (3illa).


Hadîth faible

Un manquement important existant dans un maillon de la chaîne entraîne que le Hadîth qu'il rapporte est "faible" (dha3îf) : cinq points de manquements ont été établis par extrapolation (istiq'râ') en matière de moralité (3adâla), et cinq autres en matière de rétention / compréhension (dhabt).

Hadîth bon

Il arrive, en ce qui concerne une chaîne de transmission qu'elle remplisse 4 conditions excepté 1 : un maillon présente une faiblesse sur le plan de la rétention / compréhension (dhabt), faiblesse vérifiable par rapport aux cinq points s'y rapportant. Cela entraîne alors que le Hadîth dont ce maillon figure dans la chaîne des transmetteurs est "bon" (hassan) et non pas "authentique" (sahîh).


Hadîth inventé

Quant au Hadîth "inventé" (mawdhû3), il s'agit d'un Hadîth dans la chaîne de transmission duquel figure un homme dont il est établi qu'il a déjà inventé un Hadîth.


Certains spécialistes de la science du Hadîth – c'est apparemment le cas de Al-Hâfiz Ibn Hajar dans Nukhbat ul-fikr – sont d'avis que cette catégorie (mawdhû3) est une sous-catégorie du Hadîth faible (dha3îf).

D'autres spécialistes sont d'avis qu'il s'agit d'une catégorie à part, une quatrième donc. Il faut cependant relever que si une chaîne de transmission peut être faible (dha3îf), lorsque certains Hadiths possèdent plusieurs chaînes de transmissions faibles, la probabilité de pouvoir attribuer ce Hadîth au Prophète s'en trouve renforcée, et le Hadîth devient "bon" (hassan li ghayrihî). La même chose existe pour un Hadîth qui possède plusieurs chaînes de transmissions bonnes, et qui devient alors "authentique" (sahîh li ghayrihî).


Wa Allahu A3lam

Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hadiths faibles

Message par vyvy le Lun 31 Déc - 1:33

Salam alaykoum Smile


Parmi les hadiths faibles dans Ryâdh As-Sâlihin


Ryâdh As-Sâlihin est probablement le livre de hadith le plus lu en français. C’est pourquoi, il est important de connaître les hadiths faibles (très peu nombreux) présents dans l’ouvrage. Pour ce faire, nous avons utilisé la vérification du muhaddith (le grand savant du hadith) Muhammad Nâsir Ad-Dîn Al-Albânî (rahimahullah). Le travail que le shaikh a accompli est un trésor inestimable pour la communauté, nous demandons à Allah qu’il lui accorde la meilleure récompense pour son effort. Nous avons résumé les remarques du shaikh sur chaque hadith, sans rappeler les détails concernant la science du hadith, tout en donnant les références pour celui qui voudrait en savoir plus. La numérotation des hadiths correspond à l’édition de dar al-gharb al-islâmî qui est l’édition française la plus répandue.



66 : Selon Abu Ya’la ibn ‘Aws, le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Le sage est celui qui se demande des comptes à lui-même et qui agit en vue de ce qui vient après la mort. Et l’incapable est celui qui se laisse guider par ses passions tout en nourrissant au sujet d’Allah de vains espoirs. » rapporté par At-Tirmidhi

Sa chaîne de transmission est faible car elle comporte le rapporteur Abû Bakr ibn abi Mariam qui se trompait (dans la transmission) après que sa maison eut été cambriolée. Voir Dha’îf al-jâmi’ as-saghîr, (4305).


68 : Selon ‘Umar, le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « On ne demande pas à l’homme pourquoi il a frappé sa femme. » rapporté par Abû Dâwûd

*Sa chaîne de transmission est faible. Voir Irwa al-ghalîl (2034).


196 : D’après Ibn Mas'ud, le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit: «La faveur religieuse commença à s'atténuer chez les fils d'Israël à partir du moment où à l'homme en rencontrait un autre et lui disait. « Crains Allah et mets fin à tes agissements! Ce sont des choses interdites». Puis il le rencontrait le lendemain sans qu'il ait changé de conduite. Cela ne l'empêchait pourtant pas de manger à sa table, de boire avec lui et de s'asseoir en sa compagnie. Quand tel fut leur comportement, Allah installa la haine entre leurs coeurs». Puis il cita ces versets du chapitre 5 du Coran: «Ont été maudits par la bouche de David et de ‘Issa-fils-de-Marie ceux des fils d'Israël qui avaient renié et ce pour leur désobéissance (à Allah) et pour leurs agressions répétées. Quand ils faisaient quelque chose d'unanime- ment réprouvé, ils ne se l'interdisaient pas les uns aux autres. Quelle bien mauvaise chose que ce qu'ils faisaient! Tu vois plusieurs d'entre eux se lier de véritable amitié avec ceux qui avaient renié. Quelle bien mauvaise chose que ce que leur âme leur a fait aimer car Allah les a frappés de Son indignation et c'est dans le supplice qu'ils s'éterniseront. S'ils croyaient en Allah, au Prophète et à ce qui lui a été descendu, ils ne les prendraient point comme véritables amis; mais plusieurs d'entre eux sont des dévergondés ». Puis il dit: «Oh non, par Allah ! Vous commanderez le bien, interdirez le mal, ferez cesser l'injustice de l'injuste, le ramènerez de force au bon droit et l'obligerez à le suivre, sinon Allah installera sûrement la haine entre vos coeurs puis vous maudira comme Il a maudit ces Juifs». Rapporté par Abû Dâwûd et At-At-Tirmidhî.

Le hadith est munqati’, et sa chaîne n’est pas cohérente (mudhtarib). Voir Adh-Dha’îfa (1105).


286 : Selon Umm Salama, le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Toute femme qui meurt jouissant de la satisfaction de son mari entre au paradis. » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne comporte deux rapporteurs inconnus. Voir Adh-Dhaîfa (1426).


343 : Malik ibn Rabi’a Assa’idi a dit : « Alors que nous étions assis auprès du Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam), voilà que lui vint un homme de la tribu des Bani Salama qui lui dit : « Ô Messager d’Allah ! Reste-t-il pour moi (la possibilité) de faire du bien à mes parents maintenant qu’ils sont morts ? » Il dit : « Oui. Tu pries Allah de les bénir et de les absoudre et tu tiens après eux leurs promesses, tu respectes les liens de parenté dont ils sont la cause et tu honores leurs anciens amis. » rapporté par Abû Dâwûd.

Sa chaîne est faible car elle comporte ‘Ali ibn ‘Ubayd qui est inconnu.


359 : Selon Anas, d’après le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Toutes les fois qu’un jeune honore un vieillard à cause de son âge, Allah lui suscitera plus tard quelqu’un pour l’honorer dans sa vieillesse. » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne est faible et comporte deux défauts. Voir Adh-Dha’îfa (304).


373 : ‘Umar ibn al Khattab rapporte : « J’ai demandé au Prophète la permission d’aller faire le petit pèlerinage (‘Umra). Il me l’accorda et dit : « Ô petit frère ! Ne nous oublie pas dans tes prières ! » ‘Umar dit : « Ce fut pour moi un mot que je ne serais pas heureux d’échanger contre tout ce bas monde ». rapporté par Abû Dâwûd et At-Tirmidhî
Et dans une autre version : « Ô petit frère ! Associe-moi dans tes prières ! ».

Voir les détails de la faiblesse de ce hadith dans Al-Mishkat (2248) et Dha’îf Abî Dâwûd (264)


482 : Selon le Calife ‘Uthman Ibn ‘Affan, le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Le fils d’Adam n’a droit qu’à trois choses : Une maison où il habite. Des vêtements pour couvrir sa nudité. Une croûte de pain et de l’eau » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne comporte deux rapporteurs faibles. Voir Adh-Dha’îfa (1063)


484 : Selon ‘Abdullah ibn Mughaffal, un homme dit au Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Ô Messager d’Allah ! Par Allah, je t’aime. ». Il lui dit : « Réfléchis bien à ce que tu dis ! ». L’autre répéta encore : « Par Allah, je t’aime » trois fois de suite. Il lui dit : « Si tu m’aimes vraiment prépare-toi une bonne protection contre la pauvreté, car la pauvreté atteint celui qui m’aime plus rapidement que le torrent n’atteint l’extrémité de son lit » rapporté par At-Tirmidhî.

Il fait partie des hadiths faibles des Sunan At-Tirmidhi.


519 : Asma Bint Zeyd a dit : « La manche de la tunique du Messager d’Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- lui arrivait jusqu’au poignet. » rapporté par At-Tirmidhî.

Le hadith est faible. Voir Adh-Dha’îfa (2458)


578 : d’après Abû hurayra, le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Hâtez-vous d’accomplir de bonnes actions avant d’en être empêchés par une de ces sept choses : une pauvreté qui vous fera oublier, une richesse qui vous rendra arrogant, une maladie qui vous affaiblira, une vieillesse qui affaiblira votre esprit, une mort mettant fin à vos jours, l’arrivée du faux messie et c’est la pire des choses qui vous attend, et l’arrivée de l’Heure et l’Heure est plus mortelle et plus amère encore. » rapporté par At-Tirmidhî.

Ce hadith est faible. Voir Adh-Dha’îfa (1666)


584 : Ibn ‘Abbas rapporte : « Le messager d’Allah passa devant des tombes à médine. Il se tourna vers elles et dit : « Paix et salut sur vous habitants de ces tombes ! Vous êtes nos prédécesseurs et nous vous suivrons » rapporté par At-tirmidhî.

Ce hadith est faible. Je l’ai montré dans Ahkam Al-jana’iz (p.187)


596 : D’après ‘Atiya ibn ‘Urwa As-Sa’di, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « L’homme n’est parmi les pieux que lorsqu’il renonce à ce qui est permis de peur de commettre l’interdit » rapporté par At-Tirmidhî.

Ce hadith est faible, comme je l’ai montré dans Takhrij Al-Halâl (p.178)


***** à suivre.

vyvy

Messages : 67
Date d'inscription : 06/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hadiths faibles

Message par vyvy le Lun 31 Déc - 1:34

***** Suite

714 : ‘Umar ibn al Khattab rapporte : « J’ai demandé au Prophète la permission d’aller faire le petit pèlerinage (‘Umra). Il me l’accorda et dit : « Ô petit frère ! Ne nous oublie pas dans tes prières ! » ‘Umar dit : « Ce fut pour moi un mot que je ne serais pas heureux d’échanger contre tout ce bas monde ». rapporté par Abû Dâwûd et At-Tirmidhî
Et dans une autre version : « Ô petit frère ! Associe-moi dans tes prières ! ».

Voir les détails de la faiblesse de ce hadith dans Al-Mishkat (2248) et Dha’îf Abî Dâwûd (264)



732 : D’après Umaya ibn makhshi, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) était assis alors qu’un homme mangeait. Cet homme ne prononça pas le nom d’Allah jusqu’à la fin de son repas. Pour la dernière bouchée il dit : « Au nom d’Allah au début et à la fin ». Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) rit et dit : « le diable n’a cessé de partager son repas jusqu’à ce qu’il prononce le nom d’Allah. Et lorsqu’il a prononça le nom d’Allah il vomit tout ce qu’il avait dans le ventre » rapporté par Abû Dâwûd et An-Nasa’i

Sa chaîne de transmission est faible car elle contient Al-Mathna ibn ‘Abd Ar-rahaman Al-Khazâ’î qui est inconnu comme l’a rappelé Ibn Al-Madanî.


790 : Asma Bint Zayd a dit : « La manche de la tunique du Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) lui arrivait jusqu’au poignet. » rapporté par At-Tirmidhî

Le hadith est faible. Voir Adh-Dha’îfa (2458)



797 : Abû Hurayra rapporte : « Alors que quelqu’un priait en laissant traîner son pagne, le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) lui dit : « Va refaire tes ablutions ! » Il s’en alla, refit ses ablutions et revint. Il lui redit encore la même chose. Quelqu’un lui demanda : « Ô Messager d’Allah ! Pourquoi lui as-tu ordonné de refaire ses ablutions tout en t’abstenant de lui répondre ? » Il dit : « Il priait en laissant traîner son pagne et Allah n’agrée pas la prière de celui qui laisse traîner son pagne » rapporté par Abû Dâwûd.

Il est parmi les hadiths faible des Sunan Aî Dâwûd (96)


830 : D’après Hudhayfa Ibn Al-Yaman, le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a maudit celui qui s’installe au centre d’un cercle. Rapporté par Abû Dâwûd

Sa chaîne est faible car ibn humayd n’a pas entendu (le hadith) de Hudhayfa.


889 : Safwân Ibn ‘Assâl rapporte : « Un juif dit à son compagnon : « Allons donc voir ce prophète ! « Ils vinrent au messager d’Allah et l’interrogèrent sur neuf signes évidents. Safwân rappela le hadith jusqu’à ces mots : « Ils lui embrassèrent la main et le pied en disant : « nous attestons que tu es prophète » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne contient ‘Abdallah ibn Salima qu’Al-Hafidh (et d’autres) ont déclaré faible.


890 : Ibn ‘Umar rapporte une histoire dans laquelle il dit : « Nous nous sommes approchés du prophète et lui avons embrassé la main » Rapporté par Abû Dâwûd.

Sa chaîne comprend Yazîd ibn Abî Zyâd, Al-Hâfidh dit de lui : « Il est faible, il vieillit et changea et il répétait (yatalaqan) ».


891 : ‘Aisha rapporté : « Zayd ibn Al-Hâritha vint à Médine, alors que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) était chez lui. Il frappa à la porte ; le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) se leva vers lui en laissant traîner son manteau, il le prit dans ses bras et l’embrassa. » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne comporte Muhammad Ibn Ishaq qui est un mudalis (il cache les noms de ceux dont il rapport) connu.


912 : ‘Aisha rapporte : « J’ai vu le messager (salallahu ‘alayhi wa salam) peu de temps avant sa mort, il avait une écuelle d’eau près de lui, il plongeait sa main dans l’eau puis s’essuyait le visage en disant : « Seigneur ! Aide-moi dans l’agonie et les affres de la mort. » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne est faible. Voir Al-Mishkât (1563) et Dha’îf Sunan At-Tirmidhî (163)



944 : Hussayn Ibn wahwah rapporte que talha Ibn ‘Azib tomba malade. Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) lui rendit visite et dit : « J’ai vu les signes de la mort sur talha. Avertissez-moi de son décès et pressez ses funérailles, car il ne convient pas que la dépouille du musulman reste emprisonnée parmi les siens. » rapporté par Abû
Dâwûd.

Sa chaîne est faible. Voir Ahkâm Al-Janâ’iz (p.13-14) et Adh-Dha’îfa (3232)



947 : Suite au hadith authentique rapporté par Muslim, l’imam An-Nawawî a ajouté une parole de l’imam Ash-Shâfi’î : « Il est bon de lire auprès du mort une partie du Coran, et si on le lit en entier, c’est une bonne chose »

Je ne sais pas où l’imam As-Shâfi’î a pu dire cela, et j’ai un grand doute sur cela, puisqu’il est rapporté dans son madhab que la récompense (de la lecture) n’atteint pas le mort, comme l’a rapporté de lui Al-Hafidh ibn Kathîr. Et shaikh Al-Islam ibn Taymya a montré que cette parole n’est pas attribuée à l’imam As-Shâfi’î.



1000 : Ibn Abbas rapporte que le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui n’ a rien lui en lui du Coran est comme une maison en ruine » rapporté par At-Tirmidhî.

Le hadith est faible. Voir Al-Mishkât (2135).


1060 : Abû Sa’îd Al-Khudhrî rapporte que le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Si vous voyez un homme venir régulièrement à la mosquée, attestez qu’il est croyant » Allah dit : « Seuls ceux qui croient en Allah et au jour dernier peuplent les mosquées » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne est faible comme je l’ai montré dans Al-Mishkât (723), mais le sens est exacte.


1385 : Selon Anas, le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui sort de chez lui à la recherche de la science est considéré dans le sentier d’Allah (au service d’Allah), jusqu’à ce qu’il revienne. » rapporté par At-Tirmidhî.

Sa chaîne est faible. Voir Al-Mishkât (220) et Adh-Dha’îfa (2037)



1394 : D’après Abû Hurayra, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Toute chose importante qui ne commence pas par « bismillah » est coupée » rapporté Abû Dâwûd.

C'est-à-dire que l’œuvre est incomplète. La chaîne du hadith est faible et son texte (matn) est incohérent (mudhtarib). Voir Al-irwa (1-2)



1493 : Ibn Mas’ud rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) invoquait en ces termes : « Seigneur ! Je te demande tout ce qui m’amènera Ta miséricorde et tout ce qui m’assurera ton Pardon, de me préserver de tout péché, de m’accorder le butin (la récompense) de toute bonne action, la réussite du paradis et la préservation de l’enfer. » rapporté par Al-Hâkim.

Le hadith est faible. Voir Adh-Dha’îfa (2908)


1539 : Ibn Mas’ud rapporte que le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Qu’aucun de mes compagnons ne me rapporte quelque chose sur un autre. J’aime vous rencontrer en n’ayant rien dans le cœur contre personne » rapporté par Abû Dâwûd et At-Tirmidhî.

Sa chaîne comporte un transmetteur inconnu comme je l’ai montré dans Al-Mishkât (4852)


1569 : D’après Abû Hurayra, le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Prenez garde à la jalousie, car la jalousie mange les bonnes actions comme le feu mange le bois » rapporté par Abû Dâwûd.



Le hadith est faible. Voir Adh-Dha’îfa (1902)
1577 : Wâthila ibn Al-Asqa’ rapporte que les messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Ne montre pas ta joie devant le malheur de ton frère, sinon Allah lui fera miséricorde et t’éprouvera à ton tour. » rapporté par At-Tirmidhî.

Le hadith est faible. Voir Al-Mishkât (4856)


1641 : ‘Ali rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a interdit à la femme de se raser les cheveux. Rapporté par An-Nasâ’î.

Sa chaîne comporte des incohérences. Voir Adh-Dha’îfa (678)


1670 : Qabîsa ibn Al-Mukhâriq rapporte que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « L’interprétation des signes, l’augure et le présage sont de la sorcellerie (jibt) » rapporté par Abû Dâwûd.

Sa chaîne comporte Hiyan ibn Al-‘Alâ qui est inconnu. Voir Ghâyatul-Marâm


1677 : ‘Urwa ibn ‘Amir rapporte : on parla au prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) de l’augure. Il dit : « Le meilleur augure est l’optimisme (fa’l). L’augure ne doit pas détourner le musulman (de ce qu’il voulait faire). Si l’un d’entre vous voit quelque chose qu’il déteste, qu’il dise : « Seigneur ! Les bonnes choses ne viennent que de Toi, et il n’y a que Toi qui repousse les mauvaises, et il n’y a de force et de puissance qu’en Toi » rapporté par Abû Dâwûd.

Sa chaîne comporte des mudalis (transmetteur qui cache l’identité de celui dont il rapporte le hadith). Voir Al-Kalim At-Tayib (193).


1722 : Jâbir rapporte que le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « On ne demande par le Visage d’Allah que le paradis » rapporté par Abû Dâwûd.

Sa chaîne est faible comme je l’ai montré dans Al-Mishkât (1944).


1873 : Ibn ‘Abbas rapporte que le messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Celui qui demande assidûment à Allah de lui pardonner. Allah lui ménage une issue pour chaque difficulté, une joie pour toute tristesse et Il le nourrira d’où il ne s’attendait pas. » rapporté par Abû Dâwûd.

Sa chaîne comporte un rapporteur inconnu comme je l’ai montré dans Adh-Dha’îfa.

Source
http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=10015

vyvy

Messages : 67
Date d'inscription : 06/12/2007
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vérification de l'authenticité des Hadîths : dès les prem

Message par Abu Luqman le Lun 31 Déc - 11:39

Barak Allahu fiki oukhti fillahi.
Subhanallahi il y en a au moins 2 dont j'étais persuadé de l'authenticité...

Abu Luqman

Messages : 221
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vérification de l'authenticité des Hadîths : dès les prem

Message par achiqatlmadina le Mar 14 Juil - 23:31

as-salamou'alikum warahmatu lahi ta'ala wabarakatuh
qu'allah te protege oukhtti al karima, jazaki lahu khairane, la moitié de ces hadiths la etaient pour moi des authentiques, qu'allah puisse nous pardonné et quil nous donne un 3ilm nafi3

achiqatlmadina

Messages : 117
Date d'inscription : 21/11/2007
Age : 35
Localisation : maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vérification de l'authenticité des Hadîths : dès les prem

Message par achiqatlmadina le Mar 14 Juil - 23:33

as-salamou'alikum warahmatu lahi ta'ala wabarakatuh
qu'allah te protege oukhtti al karima, jazaki lahu khairane, la moitié de ces hadiths la etaient pour moi des authentiques, qu'allah puisse nous pardonné et quil nous donne un 3ilm nafi3
barakAllahoufikoum
salam

achiqatlmadina

Messages : 117
Date d'inscription : 21/11/2007
Age : 35
Localisation : maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vérification de l'authenticité des Hadîths : dès les prem

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:59


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum